DataMed

Accompagner l'ouverture des données sur les médicaments

L’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM) souhaite mettre en place des outils lui permettant une plus grande transparence des données sur le médicament pour améliorer l’information disponible.

La problématique : faire face à une stratégie d’ouverture de données complexes et sensibles

L’ANSM est chargée de garantir la sécurité des produits de santé tout au long de leur cycle de vie, en contrôlant la qualité des produits et en inspectant les laboratoires pharmaceutiques. Elle détient donc une multitude de données issues de ses contrôles ou de ses recherches.

Confrontée à des demandes d’information croissantes et une forte pression médiatique, l’ANSM souhaite favoriser la transparence sur l’action publique, améliorer l’information sur le médicament - notamment à destination des patients et des professionnels de santé - et valoriser les données de santé.

C’est pourquoi, depuis 2019, l’ANSM a mis en place une stratégie d’ouverture de ses données pour communiquer sur ses actions et valoriser son expertise. Cependant, ces données (rapports d’évaluation, vigilances de médicaments et de dispositifs médicaux, données sur les ruptures de stocks de médicament…) sont complexes et sensibles.

L’enjeu est donc de concilier l’ouverture des données et la protection des secrets légaux, ainsi que rendre plus intelligibles ces informations.

Le défi : développer des outils facilitant l’ouverture et la valorisation des données de l’ANSM auprès du grand public et des professionnels

Le défi consiste donc à développer des outils permettant à l’ANSM de publier ses données et d’innover pour améliorer l’information du public sur le médicament.

Les outils développés permettront :

  • de faire monter en qualité les données afin de permettre leur publication ;
  • d’automatiser la mise à disposition des données de l’ANSM ;
  • d’améliorer l’accès et la compréhension des données pour les patients et les professionnels de santé ;
  • de croiser des bases de données pour renforcer la capacité d’exploitation et d’information.

Afin de disposer de cas d’usages concrets, l’ANSM a identifié deux grandes familles de données sur lesquelles les EIG pourront travailler :

  • les données de la direction de l’inspection (données sur les ruptures de stocks de médicaments, sur les établissements pharmaceutiques et sur la production de médicaments en France) ;
  • les données de la direction de la surveillance (données sur les effets indésirables des médicaments, sur la sécurité des dispositifs médicaux).

Une grande partie de la mission des EIG sera d’acculturer l’ANSM à des outils et méthodes qui permettront à l’agence d’assurer le travail d’ouverture des données dans le temps.

Webinaire

Ce défi a été présenté lors du webinaire « Santé et justice » du lundi 18 mai. Les agents publics qui portent le défi en ont profité pour répondre à de nombreuses questions que se posaient les candidats. N'hésitez pas à en regarder la rediffusion en ligne.

Rendez-vous sur la page de présentation de l'appel à candidatures pour retrouver la liste complète des webinaires.