ADEX

Prévenir les conflits d'intérêts dans le domaine médical

Déontologie et rigueur de l’expertise étant au centre de son activité, la Haute Autorité de Santé souhaite développer un outil permettant de faciliter l’identification des potentiels conflits d’intérêts des experts avec qui elle collabore, en automatisant la collecte des informations nécessaires à l’analyse de leurs liens d’intérêts.

La problématique : une analyse des liens d’intérêt complexe et pas toujours de bonne qualité

Autorité publique indépendante à caractère scientifique, la Haute Autorité de santé (HAS) travaille à garantir la qualité dans le champ sanitaire, social et médico-social, au bénéfice des personnes.

Afin de mener à bien ses missions, la HAS collabore quotidiennement avec des experts pour l’évaluation des produits de santé, l’élaboration de recommandations à destination des professionnels, etc.. Or, pour garantir la santé publique, l’institution doit s’assurer de l’indépendance et de l’impartialité des avis rendus. L’analyse des liens d’intérêts des experts avec qui elle collabore (liens qu’ils auraient avec des personnes, des organismes ou entreprises…) est donc primordiale.

À ce jour, la HAS s’appuie sur deux sources de données pour analyser les liens d’intérêts : les déclarations publiques d’intérêts (DPI) renseignées par les experts, et la base Transparence-santé renseignée par les industriels. Or, les données recensées relatives à un expert sont difficiles à synthétiser et les informations ne sont pas toujours de bonne qualité. Cela engendre un travail manuel fastidieux et un risque d’erreur sur le traitement des liens d’intérêts.

Le défi : développer une solution numérique pour améliorer la qualité de l’analyse des liens d’intérêts des experts

Face à cette problématique, ADEX propose de créer une solution permettant d’interroger simultanément différentes sources d’informations existantes et de restituer l’information dans un format adapté aux besoins métiers de la HAS.

L’enjeu principal est de réduire les délais de traitement des liens d’intérêts par les chefs de projet de la HAS, en standardisant et en automatisant cette procédure.

Cette solution s’articule autour de deux modules liés entre eux :

  • un module d’interrogation et d’agrégation des sources de données. Il s’agit d’identifier les liens financiers, l’activité de recherche d’un expert (par exemple, publications), sa participation à des organismes de professionnels ou associations de patients, les spécialités médicales… à partir de plusieurs sources de données. Ce module pourrait prendre la forme d’un moteur de recherche ;
  • un module de recherche et d’aide à la décision. Grâce à une restitution centralisée et synthétique, il s’agit de permettre au chef de projet d’exploiter de manière simple et rapide ces données.

À terme, cet outil pourra bénéficier à d’autres institutions publiques ayant une expertise dans le domaine de la santé comme par exemple les Conseils Nationaux des Ordres de Santé ou les agences sanitaires.

Webinaire

Ce défi a été présenté lors du webinaire « Santé et justice » du lundi 18 mai. Les agents publics qui portent le défi en ont profité pour répondre à de nombreuses questions que se posaient les candidats. N'hésitez pas à en regarder la rediffusion en ligne.

Rendez-vous sur la page de présentation de l'appel à candidatures pour retrouver la liste complète des webinaires.