PolyGraphe

Améliorer la confiance des consommateurs en détectant des faux avis sur Internet

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) souhaite développer des nouvelles méthodes de text mining, d’analyse de données et de comportements pour aider les enquêteurs de sa direction à mieux détecter et qualifier des faux avis sur les plateformes de consommation en ligne.

PolyGraphe : Détecter les faux avis pour garantir la confiance sur Internet

La problématique

Les informations disponibles sur Internet orientent considérablement les choix des consommateurs. Selon une étude IFOP, 85% des consommateurs sont influencés par les avis laissés en ligne sur les produits ou les services en vente.

Les faux avis trompent les consommateurs qui tiennent compte des commentaires laissés en ligne pour guider leur acte d’achat. Ils nuisent également aux professionnels vertueux en empêchant une concurrence loyale.

La Direction Générale de la Concurrence, Consommation et Répression des Fraudes (DGCCRF) effectue chaque année des enquêtes sur cette thématique. Afin de lutter plus efficacement contre cette pratique, elle souhaite se doter d’un outil permettant de détecter les avis suspects sur Internet. Cet outil a vocation à être utilisé par les agents en charge des enquêtes sur ce sujet.

Le défi : développer un outil permettant de détecter les avis suspects parmi les commentaires, notes ou autres évaluations disponibles publiquement sur Internet

Le défi se décompose en trois axes principaux :

  • La récupération des données pertinentes sur des plateformes web proposant des avis de consommateurs : texte du commentaire, informations sur l’entreprise ou produit faisant l’objet de l’avis, note attribuée, informations sur l’utilisateur ayant posté l’avis, etc.

  • L’analyse des données extraites pour identifier les commentaires suspects à l’aide de différents indicateurs de suspicion définis avec les enquêteurs expérimentés sur ce sujet.

  • La visualisation des résultats sous forme d’une interface à destination des enquêteurs.

La DGCCRF a réalisé une analyse préliminaire en interne, et une preuve de concept est en cours auprès d’un prestataire externe et avec les équipes d’Etalab. Les EIG auront donc une base de travail et des données disponibles dès leur arrivée.