DataReg

Maximiser l’exploitation des données de l'Arcep

L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) souhaite faire passer à l’échelle des outils et des méthodes de régulation par la donnée (outil cartographique, tableaux de bords, API) afin de développer une régulation moderne, en lien avec ses utilisateurs (collectivités locales, services de l’Etat, consommateurs, entreprises régulées, etc.).

DataReg : Maximiser l’exploitation des données pour permettre aux régulateurs des communications électroniques de gagner en efficacité

La problématique

Pour réguler les communications électroniques et les postes à l’ère du numérique, l’Arcep a souhaité développer la régulation par la donnée. Le principe : utiliser la puissance des données pour orienter le marché dans la bonne direction. L’outil de cartographie monreseaumobile en est un exemple : il permet aux citoyens de comparer les performances des opérateurs et de faire un choix plus éclairé au moment de souscrire un forfait mobile. Parallèlement, il permet aux décideurs (collectivités, élus…) de poser un diagnostic sur l’état de la connectivité mobile de leurs territoires et d’agir en fonction.

Après une première phase de systématisation de la régulation par la donnée, l’Arcep souhaite passer à une seconde phase « d’industrialisation » de sa démarche. L’enjeu du projet DataReg est de développer les outils qui permettront une centralisation, une circulation, une publication et des croisements simplifiés des données de l’Arcep pour gagner en performance et massifier les données mises à disposition du grand public.

Le défi : développer un “datawarehouse” pour mettre la circulation de la donnée au coeur des missions de l’Arcep

En développant un « datawarehouse » simple et efficace, l’Arcep souhaite simplifier les traitements que font les agents, faciliter le croisement de données, automatiser les tâches récurrentes, faire monter en valeur les analyses des agents et les publications en open data pour rendre plus performante la régulation des communications électroniques et des postes.

Deux axes principaux structurent le défi :

  • l’identification et la mise en place d’outils permettant le stockage et le traitement de toute donnée. Ces outils devront s’adapter aux besoins particuliers de chaque direction de l’Arcep (certaines possèdent une base de donnée, d’autres non) et permettre d’intégrer et de croiser tout type de données (issues d’enquêtes Arcep, provenant de j’Alerte l’Arcep, transmises par des partenaires, remontées par du crowdsourcing…) ;

  • le développement de solutions performantes de publication et de partage de données pour disposer d’un open data parfaitement exploitable, notamment grâce à des API. Ces solutions devront également permettre de simplifier la publication des données sur les outils cartographiques utilisés par l’Arcep.

L’Arcep pourra ainsi renforcer la maîtrise de ses données et sa capacité d’innovation. A terme, cette démarche permettra de centraliser l’information relative aux communications électroniques et aux postes pour les rendre disponibles au grand public et aux réutilisateurs de données.