Je candidate ! Voir les autres défis

La Direction des affaires maritimes (DAM), au sein du Ministère de la Transition écologique et solidaire, souhaite développer un outil de priorisation des contrôles des navires professionnels à partir de données métiers afin d’améliorer le respect des réglementations (sécurité des navires, équipages, conditions d’emploi).

Voir le défi CibNAV en quelques slides.


CibNAV : Aider les agents en charge de la sécurité maritime à contrôler des navires professionnels en développant un outil de ciblage

La problématique

L’exploitation d’un navire professionnel est aujourd’hui soumise à une triple réglementation : sécurité du navire, composition et conditions d’emploi de l’équipage. L’enjeu des contrôles réalisés par l’État en la matière est de garantir la sécurité de la navigation maritime, le respect des droits des gens de mer et une concurrence loyale entre les différents acteurs économiques.

Depuis le 1er janvier 2018, dans le cadre du programme « affaires maritimes 2022 », la Direction des affaires maritimes (DAM) souhaite transformer ces méthodes de contrôle pour :

  • améliorer leur efficacité dans un environnement contraint, en modernisant les moyens de ses agents (passage de contrôles périodiques à des contrôles ciblés) ;
  • mieux répondre aux demandes des usagers (diminuer la pression de contrôle sur les armements vertueux, concentrer les efforts de contrôle sur les armements à risque, protéger les gens de mer, protéger l’environnement).

Le défi : développer un outil de ciblage des navires devant faire l’objet d’un contrôle en valorisant au mieux les données de l’administration

L’administration dispose aujourd’hui de données d’une grande richesse concernant le navire et son équipage (caractéristiques techniques, équipements, déclarations sociales, événement de mer, accident du travail…). Ces données, sous forme textuelle ou structurée, sont éclatées dans différentes applications.

Les enjeux du défi CibNav :

  • identifier les sources de données pertinentes (éventuellement définir des modalités de collectes d’autres données), les combiner et réaliser une analyse exploratoire ;

  • établir un modèle statistique permettant de cibler les navires avec la plus grande probabilité d’infraction et/ou le plus fort risque en matière de sécurité ;

  • créer une application numérique de ciblage permettant aux agents de contrôle des services concernés de faire évoluer leur pratique et de mieux piloter l’activité de contrôle.

A terme, CibNav sera un outil de ciblage des contrôles des navires et de leurs activités. CibNav sera mis à disposition des agents de contrôle, au service d’un plan de contrôle structuré et entièrement déployé au sein de notre ministère. Il permettra également de partager les informations avec les administrations partenaires de la Direction des affaires maritimes.


Les EIG recherché.e.s

EIG 1 - Un·e data scientist

Missions principales : améliorer la qualité des données et leur collecte, construire un modèle de ciblage à partir des données identifiées.

Compétences nécessaires : manipulation et intégration des données (SQL, ETL, outils de visualisation), statistiques, machine learning, NLP. Langage de programmation libre, Python ou R préférés.

EIG 2 - Un·e développeur·se

Mission principale : développer une application de ciblage adaptée aux besoins utilisateurs.

Compétences nécessaires : développement full stack (HTML, CSS, Javascript, SQL / frameworks au choix). Une sensibilité au design UX est un plus.

Les EIG auront à leur disposition MacBook Pro, iPhone 7 plus forfait 4G et la possibilité d’avoir un accès root à des machines dédiées ou virtuelles leur permettant de faire des calculs intensifs.

Lieu de travail : Tour Séquoia, 1 place Carpeaux, La Défense


L’équipe autour des EIG

Marie Feucher, mentor opérationnel

Marie Feucher

Marie Feucher est administrateur des affaires maritimes, chef de projet en charge de la transformation des politiques de contrôles depuis 2016. Elle a occupé différentes fonctions liées au contrôle des activités maritimes : sur le terrain avec les unités de contrôle en direction départemental, en tant que pilote d’un processus novateur de certification sociale des navires impliquant les inspecteurs de la sécurité des navires, puis en tant que chef de projet de la réforme des titres de navigation en administration centrale.

“Garantir une concurrence loyale entre les différents acteurs économiques maritimes est un enjeu d’utilité publique. Je suis convaincue que l’administration dispose aujourd’hui de données textuelles ou structurées d’une grande richesse qui pourraient permettre de cibler plus efficacement les contrôles que nous effectuons en mer sur les navires. Identifier les sources de données pertinentes, les combiner et créer un outil numérique de ciblage des navires à contrôler pour nos agents, tel est le défi que nous proposons aux EIG qui rejoindront notre équipe projet !”

Hervé Brulé, mentor de haut niveau

Hervé Brulé

Hervé Brulé est adjoint du directeur des affaires maritimes au sein du Ministère de la Transition écologique et solidaire. Il a auparavant occupé diverses fonctions dans l’administration : agriculture dans les services déconcentrés, gestion des risques naturels, aménagement du territoire, eau, biodiversité. Ce parcours lui a permis d’appréhender les équilibres nécessaires entre environnement et économie et son appétence pour l’évaluation des politiques publiques l’ont convaincu de la nécessité de disposer de données de qualité afin de transformer le pilotage des politiques publiques. C’est dans cette optique qu’il suivra avec attention la résolution du défi CibNAV et l’intégration d’EIG dans son service.

“Aujourd’hui, le développement des procédures dématérialisées, les technologies d’acquisition des données et les possibilités d’analyses permettent d’appréhender de manière totalement différente la conduite des politiques publiques. Ouvrir les yeux de nos services sur de nouvelles utilisations des données collectées au-delà de la gestion initiale des procédures, rénover la conduite des politiques par l’utilisation des données provenant de nos applications de gestion, mais aussi d’autres administrations, voilà l’enjeu de ce défi.”