CartoBio

Cartographier les parcelles d'agricultures biologiques

L’Agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique (Agence BIO), en lien avec le Ministère de la Transition écologique et solidaire, souhaite associer les données du Registre Parcellaire Graphique et celles des opérateurs bio pour construire une cartographie des parcelles bio et développer des services (simplifier les instructions des aides, distinguer les parcelles, accompagner les politiques territoriales, etc.).

CartoBio : faciliter les démarches des acteurs de l’agriculture biologique en mettant à disposition les données pertinentes

La problématique

Aujourd’hui, lorsqu’un organisme certificateur veut réaliser un contrôle sur un producteur engagé en agriculture biologique il ne dispose que d’une documentation papier qui n’est parfois même pas disponible. Dans ce cas, un outil numérique de suivi des parcelles cultivées en agriculture biologique permettrait d’avoir une information rapidement accessible, à jour et navigable, facilitant le travail de l’organisme certificateur.

D’autres parties prenantes de l’Agence BIO ont fait remonter leur besoin d’un tel outil lors d’un barcamp :

  • les opérateurs et les directions départementales des territoires, qui souhaitent ainsi simplifier les démarches relatives à l’instruction des aides pour les cultivateurs en agriculture biologique ;
  • les Sociétés d’Aménagement Foncier et d’Etablissement Rural (SAFER), qui souhaitent mieux connaître le foncier agricole pour pouvoir proposer des aménagements territoriaux cohérents ;
  • des acteurs divers - Agences de l’Eau, collectivités territoriales, parc naturels, etc. - qui souhaitent mettre en oeuvre des politiques territoriales ambitieuses et pertinentes…

Le défi : proposer des outils de mise à disposition des données de l’agriculture biologique

Le défi exploitera les données issues de deux sources :

  • le Registre Parcellaire Graphique (RPG) géré dans le cadre des aides de la Politique agricole commune (PAC) ;
  • l’Agence BIO ayant à disposition des données sur les producteurs qui s’engagent en bio.

Les EIG devront proposer des outils de mise à disposition de ces données adaptés aux besoins des différentes parties prenantes. Plusieurs solutions sont déjà envisagées :

  • une cartographie pour explorer et visualiser les parcelles cultivées en agriculture biologique, accessible en open data ;

  • des API pour diffuser les données tout en respectant différents niveaux de confidentialité à la donnée.