PrédiSauvetage : sauver des vies en mer en prévenant les accidents maritimes grâce aux données

La problématique

En 2016, 10 000 opérations de sauvetage pour 30 000 personnes ont été coordonnées via les Centres Régionaux Opérationnels de Surveillance et de Sauvetage (CROSS). La seule Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) a procédé à 5519 interventions et porté secours à 8077 personnes, dont 74% en mer. L’activité de la SNSM étant en croissance, le sauvetage en mer a été déclaré Grande cause nationale 2017 par le gouvernement. Toutefois, la SNSM et un certain nombre d’acteurs partagent un sentiment de régression dans la connaissance de l’accidentologie en mer alors même que les techniques de traitement de l’information progressent et que plusieurs sources d’information pourraient être mobilisées et utilement croisées (INVS, SDIS, DDTM…).

Le défi : Valoriser les données des acteurs de la sécurité maritime pour identifier et prévenir les situations à risques

Un défi en deux étapes :

  • Identifier les profils et situations à l’origine des accidents avec la datascience (données des CROSS et auprès des bénévoles de la SNSM)
  • Mettre en place une communauté apprenante pour transmettre aux responsables métiers, dans le ministère et au-delà, les savoirs acquis lors de la première étape et définir des actions de prévention.

En fonction des situations à risques pour tout ou partie des usagers identifiés grâce à ce projet, des campagnes de communication ou d’information plus ciblées pourront être mises en place afin de fournir aux plaisanciers des informations plus spécifiques et les inciter à une plus grande vigilance.

Ce projet s’inspire de celui mis en place par la ville de New York pour optimiser l’intervention de ses services d’inspection grâce au machine learning.

2 entrepreneur•e•s recherché•e•s

  • EIG1 - DATA SCIENCE : expérience dans : accompagnement d’entreprises ou d’administrations autour de projets liés à l’utilisation de leurs données, maîtrise d’outils d’analyse de données (R, Python).
  • EIG2 - UX DESIGN, DATAVISUALISATION : expérience dans : accompagnement d’entreprises ou d’administrations dans des démarches de design de service. De l’expérience dans le développement web serait appréciée.

Petit plus pour les 2 EIG : expérience dans le secteur associatif (vulgarisation scientifique, formations sur la littératie des données), contribution à des projets open source.

L’équipe EIG sera intégrée au cœur du service ministériel en charge de la politique de sécurité maritime et de coordination de la recherche et du sauvetage en mer.

Vos mentors : Laurence Matringe et Renaud Perin

Photo des mentors

Laurence Matringe est chargée de mission transformation numérique et adjointe à la sous-directrice « activités maritimes » au sein de la direction des affaires maritimes du Ministère de la Transition écologique et solidaire.

Elle a participé en équipe à plusieurs hackathons publics (Cour des Comptes, Ministère des affaires étrangères) et remporté celui sur la biodiversité organisé par le ministère de la Transition écologique avec le projet Invasiv’alerte. A ce titre elle participe au réseau Greentech des start-up dont les projets innovants concourent à la transition écologique.

Renaud Perin est chargé de mission sécurité des navires et analyse accident à la mission de la navigation de plaisance de la direction des affaires maritimes. C’est un expert en prévention des risques pour la filière du nautisme. Il anime l’observatoire du SNOSAN qui regroupe en interministériel les administrations en charge du sauvetage maritime.

« De multiples acteurs interviennent en matière de sauvetage maritime,  un enjeu dont l’importance a été reconnue via l’attribution du label Grande Cause Nationale 2017.

Ils se sont regroupés au sein d’un observatoire, le SNOSAN, pour mettre en commun leurs données riches et diverses et proposer aux décideurs les mesures de prévention adaptées. Un travail de fond a été mené en interministériel grâce à Renaud Perin pour fournir aux EIG les données nécessaires.

Le programme des EIG va nous permettre de mieux les exploiter grâce à l’apport des sciences de la donnée et aux échanges avec les experts de terrain.

Via le design de service, nous voulons ensuite présenter aux usagers de la mer concernés les informations qui leur seront les plus utiles et les plus parlantes pour leur faire prendre conscience du risque et prévenir les accidents. Un des enjeux est aussi de croiser les savoirs faire et les cultures d’équipes expertes et des EIG qui apporteront une méthode et un regard neufs et ouverts, dans un esprit de complémentarité.

Nous avons hâte d’apprendre avec et au contact des EIG et de montrer ensemble que l’on peut faire autrement des politiques publiques grâce à l’exploitation des données et au numérique. »

En savoir plus : le pitch du défi en 4 slides