Brigade Numérique : mettre en place un accueil numérique de la gendarmerie au service des citoyens

La problématique

La Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN) cherche à améliorer la qualité du service public grâce à la création d’un accueil numérique. Celui-ci permettra une plus grande proximité avec le citoyen et une professionnalisation de la gestion de la relation usager aux bénéfices de l’usager (contact personnalisé et réponse efficace), du gendarme (valorisation de ses interactions) et de la gendarmerie (amélioration de son image et de son impact vis-à-vis des usagers).

La problématique à résoudre consiste à favoriser le contact numérique des usagers avec la gendarmerie et de faciliter les démarches des citoyens.

La solution : intégration de la brigade numérique dans les parcours de l’usager et du gendarme

Pour résoudre cette problématique, la DGGN veut mettre en place une plateforme numérique de contact multi-canal (réseaux sociaux, chat, FAQ,…) accessible sur le site web de la gendarmerie en version web et mobile pour mieux informer, guider et orienter les citoyens selon leurs besoins. Cet accueil permettra à l’internaute, à terme, d’accéder à la gendarmerie sur le site Internet de la gendarmerie et les autres sites partenaires comme service-public.fr de la même façon que le permettent aujourd’hui les appels téléphoniques et l’accueil physique dans les brigades de gendarmerie (hors traitement des urgences). Ce projet s’inscrit dans une démarche plus globale de transformation numérique de la gendarmerie, dans laquelle une complémentarité et une continuité sera recherchée entre la proximité physique – renforcée par les outils mobiles connectés mis à disposition des gendarmes (NEOGEND) – et la proximité numérique que doit décupler la brigade numérique.

Les 2 EIG

  • Dora Crisan : Développement

Photo de Dora Crisan

Dora est une techno-optimiste, convaincue que les nouvelles technologies peuvent avoir un fort impact positif sur l’individu comme sur la société. Passionnée par les transformations technologiques, elle souhaite contribuer au développement et à la mise en œuvre de solutions digitales afin de rendre la vie des gens plus facile et plus fluide. Après un doctorat de physique dans le domaine des nanotechnologies, avec un travail de recherche portant sur des cellules solaires et des cellules de mémoire pour les disques durs (publication dans Nature Communications), elle a mis en place une plateforme digitale et un système de gestion de portefeuille de projets de R&D au sein d’une multinationale de l’énergie. Elle rejoint les entrepreneurs d’intérêt général sur le défi du ministère de l’Intérieur.

Son profil Linkedin

  • Jean-Baptiste Le Dévéhat : Ergonomie

Photo de Jean-Baptiste Le Dévéhat

À l’image de son expertise en progiciel, Jean-Baptiste est un couteau-suisse et un entrepreneur de la transformation numérique. Après 7 années de gestion de projets web, pour l’industrie, le service et la distribution, Jean-Baptiste a créé la marque Symbiotique.fr en transition numérique. Aujourd’hui, il propose des méthodes et des outils durables, où les utilisateurs sont en capacité d’élaborer leurs solutions, offrant ainsi un cadre à l’innovation sociale et l’intérêt général. Permaculteur et engagé dans les villes en transition, il s’engage dans de nombreux réseaux d’engagement civique, associatif, locaux et des “communs”.

Son profil Linkedin Son compte Twitter : @jbledevehat

Les mentors : Marielle Chrisment et Rémy Nollet

Photo de Marielle Chrisment

Marielle Chrisment, officier de gendarmerie, ingénieure et titulaire d’un executive MBA HEC, a rejoint la Mission numérique de la gendarmerie nationale au printemps 2017 après avoir servi notamment en compagnie de gendarmerie départementale et au service d’informations et de relations publiques des armées - gendarmerie.

« Je suis convaincue des bénéfices pour la gendarmerie à renforcer sa proximité numérique avec les citoyens en tirant profit des nouvelles opportunités qu’ouvre l’ère digitale. Pour cela, son offre numérique doit être développée, afin de répondre efficacement aux attentes des usagers, en proposant un service public de sécurité de qualité fondé sur la proximité, tant numérique que physique.

Les EIG, grâce à leurs compétences adaptées au projet, et aux moyens qui seront mis à leur disposition, apporteront une réelle plus-value afin d’atteindre ces objectifs ambitieux, notamment pour assurer le lien entre le contact numérique et le contact physique. En moins d’une année, les usagers pourront ainsi bénéficier en permanence d’un contact personnalisé et d’une réponse efficace, quelle que soit leur problématique, dans une relation de confiance et de proximité renforcée. »

Photo de Rémy Nollet

Ingénieur issu de l’école Polytechnique, le lieutenant-colonel Rémy Nollet, après un stage de recherche à l’université de Berkeley, choisit de devenir officier de gendarmerie en 2005. Optant pour une dominante de carrière en sécurité publique générale, il commande durant 3 ans la brigade territoriale de Blanquefort (compagnie de Bordeaux). Pour son premier passage en état-major, il sert à la sous-direction administrative et financière de la DGGN, chargé des réponses aux contrôles de la Cour des comptes. De 2012 à 2016, il commande la compagnie de gendarmerie départementale de Meylan, en charge d’un territoire fortement criminogène autour de Grenoble, et participe en parallèle à la communauté des systèmes d’information métier de la gendarmerie, sous les aspects de conduite du changement et de cohérence des différents SI. Après une formation d’un an à l’école de guerre, il a rejoint le 1er juin 2017 la mission numérique de la gendarmerie nationale.

« Accueillir des EIG pour notre défi, c’est accélérer notre transformation numérique grâce à des compétences nouvelles et un regard neuf. »

En savoir plus : le pitch du défi en 4 slides