Dominique Boina

  • Année : 2020
  • Défi : SIANCE
  • Profil : Mentor

« Après plusieurs années dans le secteur privé - j’ai été responsable de production, responsable qualité et chef de projet (Black Belt) - je travaille depuis 12 ans à l’ASN, où j’ai occupé un poste d’inspectrice à la direction des centrales nucléaires puis à la division de Paris de l’ASN et aujourd’hui à la mission de soutien au contrôle. Ces différentes positions m’ont permis de bien connaître le métier d’inspecteur et les problématiques de l’ASN. Mon rôle consiste à piloter la réalisation du programme d’inspection de l’ASN tout en m’assurant que les outils nécessaires à la réalisation des inspections soient disponibles pour les inspecteurs. Pour cela, je m’appuie sur les directions techniques et les divisions territoriales grâce à un réseau d’inspecteurs représentant chacune des entités.

Depuis juillet 2018, en coordination avec la direction de l’information, de la communication et des usages numériques, nous pilotons le projet SIANCE : Système d’intelligence artificielle pour le nucléaire, son contrôle et son évaluation. Ce projet aura un impact direct sur la priorisation des sujets à inspecter et plus globalement sur l’organisation du travail. Il sera utile à l’ensemble du processus inspection, depuis la préparation des inspections jusqu’à la programmation des inspections en passant par l’information du public et la gestion des situations d’urgence.

Pour ce projet, nous avons prévu d’accueillir les EIG dans nos locaux en leur donnant les moyens matériels et humains nécessaires à la réussite de ce projet. Ils seront accompagnés par les 2 chefs de projets de l’ASN, Damien pour la partie informatique et Dominique Boina pour la partie métier. Nous serons également soutenus par le management de l’ASN à son plus haut niveau et accompagnés par les équipes de l’ASN aussi bien dans les divisions territoriales que dans les directions techniques.

Avoir les EIG dans nos locaux est un véritable atout pour partager les problématiques spécifiques du nucléaire et de l’ASN. Nous avons en effet besoin d’un outil adapté à notre métier.

À cet égard, avec SIANCE, l’ASN a conforté son avance an matière d’innovation numérique par rapport aux autres autorités étrangères qui se sont montrées particulièrement intéressées par notre projet.

Ce défi rentre dans le cadre de la transformation numérique que l’ASN opère actuellement, non pas seulement avec les données de l’inspection mais aussi, à terme, avec toutes les autres données dont nous disposons aujourd’hui. »

Photo Dominique Boina