Le site des collections du Mobilier national : un outil, sept usages

14 juin 2019 / de Laurie Chapotte, EIG et Sophie Miljkovic, équipe EIG

En avril 2019 le Mobilier national rendait accessibles 65 000 meubles, œuvres et textiles sur son nouveau site collection.mobiliernational.culture.gouv.fr. Ces pièces d’une valeur historique et esthétique exceptionnelle étaient difficilement accessible jusque-là…

Pour les révéler au public, les entrepreneurs d’intérêt général (EIG) Ned Baldessin et Laurie Chapotte ont choisi de concevoir un site en utilisant une démarche design, centrée utilisateur : afin de définir et prioriser leur travail, ils ont rencontré et questionné en amont les futurs utilisateurs. De cette analyse sont nés des personas, soit des usagers type : chercheur, conservateur, créateur… Ils ont permis d’imaginer la première version de ce site avec pour objectif de concevoir en un minimum de temps - 1 an-, un outil répondant aux besoins principaux.

Trois mois après le lancement, qui utilise concrètement ce site, et pour quoi faire ?

Une page web : sur la gauche, à la verticale, un menu qui propose une barre de recherche et de nombreux filtres, sur la droite, des vignettes qui présentent des objets, meubles, tapisseries...Un aperçu du site des collections du Mobilier national


Pierre Bureau, sous-chef à l’atelier de Beauvais, création de tapisserie / Accède à l’ensemble des objets et partage leurs histoires et techniques.

« Pour nous c’est un grand avantage de pouvoir consulter les collections de tapisserie contemporaine. On parle souvent d’une technique utilisée dans telle ou telle pièce, et maintenant nous pouvons les voir. Le site a une utilité pédagogique, les jeunes liciers peuvent voir les pièces déjà réalisées, les techniques particulières. Comme par exemple la pièce Murlux réalisée avec des fils de plastique médical. Pour une manufacture comme nous, ça donne accès à l’expérience diverse, au travail collectif, à l’histoire technique qui doit être partagée. Étant éloignés des ateliers de Paris, le site permet aussi de suivre les nouvelles créations de nos collègues. On découvre aussi des pièces, par exemple des Picasso ou des Corbusier, achetés à des ateliers privés. C’est rapide, intuitif, vertigineux. Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais c’est magique pour nous. »


Chantal Thomas, scénographe pour les décors de théâtre et d’opéra / Trouve inspiration et documentation

« Pour un de mes décors, je souhaitais faire imprimer un tapis en très grande taille, et de suffisamment bonne qualité. J’ai choisi le GMT 2073 sur le nouveau site du Mobilier national. Un tapis de style Empire réalisé par la Manufacture de la Savonnerie. Il me fallait une image de plus haute qualité que celle sur le site, je me suis donc ensuite rendu au Mobilier national pour récupérer ces documents. On trouve donc la reproduction de ce tapis pour le spectacle de Barbe bleu qui a commencé le 14 juin à l’Opéra de Lyon ! »

Une scène d'opéra. Au premier plan, un tapis de style Empire, rouge avec des motifs jaunes et bleus. Dessus, un couple de mariés s'avance en direction d'une arche fleurie.Le tapis GMT 2073 habille la scène de l’Opéra de Lyon © Stofleth


Frédérique Lanoë, chargée de la formation en histoire de l’art des élèves liciers et rentrayeurs du Mobilier national / Illustre ses cours sur l’histoire des textiles

« Ce nouveau site, mettant en ligne des milliers d’oeuvres, est pour moi un outil incontournable pour étudier avec les élèves les collections du Mobilier national, qui font référence en matière de textile. Le gros “plus”, pour moi, de cette base de données est la présence d’illustrations en couleur, et de très bonne qualité, mises en rapport avec la fiche descriptive de l’objet : elles permettent de zoomer et de voir de très près les oeuvres, ce qui est très important lorsque l’on s’intéresse aux techniques de création de l’oeuvre. Cette base de données permet en quelques clics d’accéder à des milliers d’oeuvres, parfois difficiles d’accès ou peu documentées, peu publiées. C’est une mine d’or pour qui s’intéresse à l’histoire des textiles et des manufactures. Je m’en sers donc plusieurs fois par semaine dans le cadre de la préparation de mes cours d’histoire de l’art. »


Sylvie Heurtaux, responsable du nuancier du Mobilier national / Visualise les tapisseries et tapis correspondant à ses échantillons de couleurs.

« Avant d’être au nuancier j’étais licière, et l’on n’avait rien pour se rappeler des tapisseries que l’on tissait, juste notre mémoire. Quand je suis arrivée au nuancier en 1998, j’avais une curiosité personnelle ; j’avais dans mes mains la couleur « Chagall » et j’avais envie d’en savoir plus, découvrir la pièce pour laquelle cette couleur avait été créée! J’allais donc dans les registres, mais c’était limité et il n’y avait pas de visuel. Donc ce site fait plaisir, je ne l’utilise pas tous les jours et je regarde seulement les tapis et tapisseries, mais j’y trouve les informations que je veux, et que je ne veux pas. Je suis assez étonnée de voir comment je n’ai pas hésité à changer les axes de recherches alors que je suis très maladroite avec tout ce qui est écran, même acheter un billet de train c’est tout une aventure. Mais là, je n’ai pas peur de cliquer partout et j’ai mes réponses. »

Un motif de tapisserie, en camaïeu de roses sur fond vertDétail de la tapisserie contenant la couleur « Chagall »


Morgane Lucquet-Laforgue, service de l’inspection, département des collections au Mobilier national / Choisit les objets destinés aux expositions et ameublements

« Pour les ameublements de châteaux ou musées je vais d’abord sur ce site. Par exemple, je peux voir toutes les tapisseries (ce qui n’était pas possible avant) et ensuite, changer les dimensions pour que mes objets correspondent à l’espace que j’ai à disposition. En général, je trouve l’objet sur ce site et je vais ensuite sur le logiciel interne pour voir les détails sur sa disponibilité par exemple. C’est très pratique pour les recherches par thématique, par exemple « animaux », « art nouveau » ou « justice ». On trouve bien plus d’objets que sur le logiciel interne. C’est utile pour préparer les expositions comme « Noël aux Gobelins » ; on visualise rapidement les objets existants, et cela dans toutes les catégories. Avec l’aperçu des vignettes on a une vision d’ensemble que l’on n’avait pas avant. C’est rapide, fluide et ergonomique. »


Camille Gasser et Bérénice Milon, designeuses en résidence au Mobilier national / S’inspirent des objets pour créer la collection textile “MN 19 - Nées des archives”

« MN 19 – Nées des archives, est le fruit de notre résidence d’un an au Mobilier national. Elle s’inscrit dans la continuité de la collection MN 18 réalisée l’année précédente par Camille. À travers la collaboration entre des licières, des menuisières, une bijoutière et un scénographe, MN 19 se construit autour d’une envie partagée de montrer les richesses que l’enclos des Gobelins renferme. Les silhouettes de MN 19 tirent leurs lignes du patrimoine français gardé par le Mobilier national. En effet, grâce à la création d’un nouvel outil digital d’indexation et de présentation des collections, des milliers de meubles, d’objets et de tapisseries qui étaient jusqu’alors cachés, oubliés, secrets, sont sortis de l’ombre des réserves. D’un scroll au sein de ce flux continu et presque infini de photographies, est née l’envie de souligner leurs formes, de montrer leurs couleurs, de leur permettre de sortir et d’exister ailleurs en leur donnant vie grâce à une nouvelle matérialité. À la fois objets, vêtements et accessoires, ces ouvrages s’inscrivent aussi bien dans l’espace que sur les corps et permettent de nous lier à l’environnement qui nous entoure, d’être cette chaise, ce luminaire ou se vase, qu’on a toujours voulu. »

COLLECTION MN 19 – NÉES DES ARCHIVES est un projet initiée par Camille Gasser et conçue avec Bérénice Milon. Tissée en collaboration avec Camille Mouchet et Margot Parcillié.

Au centre d'une pièce aux murs blancs, une femme de face porte une cape-tapis sur son épaule droite. La cape-tapis est très colorée et volumineuse. Autour de cette image centrale sont disposées de nombreuses images de meubles, d'objets et d'éléments architecturaux.La collection MN 19, inspirée des collections du Mobilier national


Pascal-François Bertrand, professeur d’histoire de l’art, spécialiste de l’histoire des tapisseries à l’université de Bordeaux Montaigne / Constitue des corpus originaux et documentés

« Pour un chercheur en histoire de l’art ce site répond à de nombreux besoins : il permet de connaître la remarquable collection du Mobilier national dans son ensemble, de découvrir de nouveaux objets, d’accéder à une documentation riche et bien faite, de télécharger gratuitement des images en haute définition… le tout à distance. Grâce aux multiples filtres et à la barre de recherche, l’outil est souple d’utilisation et me permet de manier des corpus très vastes sur l’histoire de la tapisserie. J’ai pu découvrir des pièce que je ne connaissais pas et voir plus en détail certaines pièces dont j’avais entendu parler. Par ailleurs, ce site s’inscrit dans une démarche très contemporaine de partage des connaissances : il met ce qui constitue notre patrimoine à disposition de tout le monde. Il s’adresse aux chercheurs, et aussi au grand public. »

Les évolutions du projet

L’outil est encore en évolution. Dès juillet il sera possible de sauvegarder des objets et partager ses sélections. L’exploration d’ensemble d’œuvres choisies par l’institution et autres utilisateurs sera aussi disponible. Afin d’encourager la découverte, il sera proposé par la suite, une suggestion d’objets de même époque, auteur ou matière que ceux consultés.

Les savoir-faire et métiers d’art liés à ces objets, et présents dans les 14 ateliers du Mobilier national (teinture, ébénisterie, création de tapisserie…), seront aussi documentés afin de rendre visible et accessible ce patrimoine immatériel.

En attendant, vous pouvez déjà découvrir la collection du Mobilier national sur collection.mobiliernational.culture.gouv.fr et développer votre propre usage du site !

Pour toute suggestion ou question, n’hésitez pas à contacter l’équipe :